Voitures americaines: Comment trouver et importer votre voiture de collection...
Member Login
Pontiac Trans Am
Pontiac Trans Am 1977

PDSF de départ

Test

MPG Estimé

Test

N/A

Voitures américaines :

Pontiac Trans Am 1977


La Pontiac Trans Am 1977 : La société Pontiac vu le jour en 1906 dans un quartier de Détroit, auquel elle doit son appellation. Son nom est aussi inspiré d’un chef Amérindien. Cette marque fait partie du groupe General Motors dont elle représente l’aspect sportif avec des modèles très puissants aux lignes acérées. Dès le début, le succès est au rendez-vous avec plus de 75,000 exemplaires vendus. Une chute lors de la crise de 1929 met un sacré coup à la filière qui décide tout de même de tenir le coup, le temps que l’orage passe. Cette stratégie fut gagnante du fait que par la suite, les ventes battent aux plus fort grâce à des voitures à huit cylindres, plus chics mais avec un prix dérisoire si l’on peut dire. (Pontiac Trans Am) La seconde période d’intempéries s’annonce de nouveau rapidement avec la seconde guerre mondiale, où les jeeps étaient préférées aux sportives. La patience de General Motors se vit à nouveau bénéfique, avec un rebond surprenant de la firme dans les années 50 grâce à sa prestigieuse Star Chief. Pontiac décide de passer la vitesse supérieure en 1964 avec son modèle phare, la GTO, représentant ainsi sa première donation à la folle catégorie des “Muscle Cars” avec ce modèle puissant mais bien plus accessible que ceux de la concurrence. C’est surtout par sa Firebird que la marque se fait réellement une place sur le marché de l’automobile sportive. Cette voiture est certainement la mieux peaufinée de la société, cela étant due au fait qu’elle provient de prototypes futuristes préparés depuis 1954 par les visionnaires de la General Motors. On peut constater par la suite que seul le nom et l’esprit de ces avions sur roues, seront conservés pour la Firebird en série, qui adopta le style de sa jumelle de chez Chevrolet, la fameuse Camaro sortie six mois au préalable.

L'apogée de la Pontiac Trans Am 

La plus remarquable des versions de ce modèle est incontestablement la Pontiac Trans Am Firebird mise sur le marché à partir de 1969. C’est la version la plus performante et la plus marquante de la Firebird, et qui pour finir deviendra un modèle à part entière du fait de son succès incroyable auprès des consommateurs, encore et toujours assoiffés de performances.
Dès son début, elle adopte un style unique, la rendant ainsi différente des autres versions avec une calandre chromée moins large que les autres, afin de laisser place aux quatre phares détachés de cette dernière. Le capot de cette Pontiac Trans Am est quant à lui bien lisse avec tout de même deux prises d’air fonctionnelles s’allongeant sur toute sa longueur. On voit apparaître sur les flancs, deux écopes au-dessus de l’arc de roue, et sur les ailes, des extracteurs d’air. A l’arrière, le constructeur place un aileron pour aérodynamiser le tout, qui est recouvert d’une peinture blanche contrastée par deux bandes bleues. Coté mécanique, les suspensions de la Trans Am sont rabaissées, la taille de ses barres anti-rapprochement est surdimensionnée, et ses pneus sont plus larges afin de retransmettre de façon plus optimale, la puissance de feu dégagée par son moteur Ram Air III, et Ram Air IV et leurs bagatelles de 340 et 345 ch. Toute cette mise en scène confère à la Pontiac Trans Am une tenue de route exceptionnelle pour des performances à couper le souffle, c’est incontestablement la sportive du moment.

Malgré la crise pétrolière de 1970, la Pontiac Trans Am de seconde génération résiste très bien avec un style quelque peu redessiné par un fameux Hood scoop sur la prise d’air avant, et dont l’arrière se soulève lors des accélérations de la bête. Les ailes adoptent également des prises d’air pour s’associer au capot qui l’adopta depuis ses débuts. Un becquet est placé sur la poupe afin d’améliorer l’allure très aérodynamique de la voiture. Coté motorisation, on conserve les moteurs de l’ancienne version avec en plus, un carburateur à quatre corps reliés à une transmission manuelle à quatre vitesses.
Les seuls changements occasionnés en 1971, se situent non pas sur, mais en dessous du capot à cause du “Clean Air Act” de 1970 sur le taux d’émissions de gaz polluant toléré par la convention. Et c’est ainsi que la Trans Am 1970 se voit dans l’obligation de passer à 335 ch avec son V8 de 455ci.
Les grèves engendrées par les employés en 1972 ont failli avoir raison de sa production, tout autant que la convention antipollution continue de s’acharner sur les voitures sportives du moment, pas assez écologiques selon eux. Mais le monstre se maintient même s’il se doit d’être plus docile avec seulement 300 ch et dont la calandre est dorénavant habitée d’une grille en nid d’abeille.
Ce qui marquera la Pontiac Trans Am à partir de maintenant, c’est l’aigle royal dessiné en plein milieu du capot, ses pare-chocs plus épais et son nouveau V8 Super Duty de 455 ci tiré officiellement par 310 ch, ce qui fit bien rire ceux l’ayant conduite. Il fut d’ailleurs retiré par la suite.
Mise à part quelques modifications au niveau des pare-chocs et des feux arrières, la Trans Am resta fidèle à elle-même jusqu’en 1976, où à l’occasion de ses 50 ans, elle adopta les premiers T-Tops de la marque, pour proposer une version unique en son genre avec une carrosserie noire, surmonté de son aigle doré et l’inscription Trans Am en lettres gothiques, et les roues sont enjolivées de magnifique jantes Honeycombs couleurs or.
L’année suivante fut sans vergogne pour la motorisation de la gentille bête, qui est animée d’un V8 400ci de seulement 180 ou 200 ch pour le pack W72, de quoi l’essouffler rapidement.
Trois ans plus tard, la Pontiac Trans Am 1979 subit à nouveau un remodelage de la face avant, et le résultat se fait rapidement apprécier par un public conquis par un pont avant dont la calandre est plus basse, et ses quatre feux distincts l’un de l’autre. L’aigle du capot est lui aussi plus sophistiqué et présente une forme minutieuse pour des couleurs plus diversifiées. A l’arrière, le pare-chocs glisse légèrement plus bas. Coté motorisation, c’est le 403 de Oldsmobile qui est implanté sur le modèle de base. Il sera remplacé dans la suite par le V8 301 ci Pontiac, mettant ainsi un terme à l’ère des “big block”, mais tout de même suralimenté par un carburateur à quatre corps afin d’en tirer le meilleur et le pousser à 210 ch.
La troisième génération de la Pontiac Trans Am, apparu dès 1982, est assez différente de l’ancienne avec des lignes plus simples et une monocoque conférant ainsi plus de rigidité. La face avant est en quelque sorte aplanie avec une calandre divisée en deux. La mécanique de propulsion continue son inexorable descente accompagnée de son V8 305 ci Cross Fire à injection, pour un total de 175 ch, le tout relié à une magnifique boite à vitesses TH700-R4 avec overdrive. C’est cette version qui fut choisi pour devenir KITT, le compagnon de Michael Knight dans la célèbre série K2000, et elle fut également sélectionnée comme pace-car de Daytona 500 et même désignée comme Indy pace-car en 1989. Et pour l’occasion, se sont plus de 11,000 exemplaires qui seront vendus, avec un moteur qui retrouve peu à peu sa puissance grâce à un V6 de 235 ch, animant une voiture aux lignes beaucoup plus aérodynamique que les devancières et dont le corps est fortement abaissé, ce qui a pour effet de conférer une allure très hermétique à ce puissant modèle sportif.
En 1992, elle perd sa carrosserie très carrée afin de laisser place à une autre aux formes plus voluptueuses. Les designers se font d’ailleurs plaisir, en proposant des feux rabattables. Sa carrosserie est d’ailleurs fabriquée après de nombreux tests passés en soufflerie afin de lui donner un maximum de fluidité lorsqu’elle atteint de hauts régimes. Pour le moteur, Pontiac reste sur ses classiques, tout en ajoutant une boite à six rapports qui permet à la Pontiac Trans Am 1992 de passer de 0 à 100km/h en 6,5 secondes.
Lors de sa quatrième génération, le style de la Trans Am se peaufine année après année pour proposer un design beaucoup plus moderne. Le capot devient désormais un terrain vague avec des formes onduleuses où viens s’immiscer deux prises d’air. La calandre disparaît et laisse place à un pare-choc dont l’écope se prolonge de façon discontinue jusque sur les flancs et la poupe se fait, quant à elle, dominer par un joli aileron sportif. L’année 2002 marque la fin d’une des plus célèbres voitures de sport de la filière Pontiac et réelle star du cinéma, avec un nombre incroyable d’apparitions et dont les plus connus sont dans Le chasseur où l’honneur de la conduire est reçut par un Steve Mc Queen surexcité, Ennemi d’état, Kill Bill ou encore dans Rocky IV.
Cette sportive aux allures bestiales est l’une des plus représentatives de l’esprit animant la voiture américaine. Elle se fait apprécier notamment pour sa fiabilité, sa tenue de route exceptionnelle et ce style si particulier. On peut dire que la Pontiac Trans Am a vécu le rêve américain, avec un design et des performances qui ont su payer tout au long de la magnifique histoire, que cette voiture nous fait revivre à chaque moment avec une dose d’émotions sans pareil pour chaque instant passé avec elle.

 

Pour en savoir plus :

N/A

Merci pour votre demande

Telechargez gratuitement la brochure. Rentrez simplement vos informations pour avoir acces a votre brochure.

Le lien de telechargeement apparaitra sous la forme une fois celle-ci completee, enjoy!!!

Si Vous avez déjà un compte, veuillez vous identifier.

Bienvenue ,

S'il vous plait sélectionner la page de profil de voiture que vous souhaitez consulter